Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 22:59

J’aborde ensuite l’impressionnante vallée de Lluta. Elle donne l’impression d’une artère de verdure en plein désert. Elle est alimentée par la rivière du même nom qui prend sa source à 150 km dans la Cordillère, à pas moins de 3900 mètres d’altitude ! Elle se finit par un minuscule court d’eau qui se jette dans l’océan pacifique à 4 km au Nord d’Arica. Car il faut attendre janvier/février pour que le débit soit plus conséquent.

P1000778

P1000802

A gauche de la photo, on remarque la rivière qui alimente toute la vallée. La population s’est installée et pratique l’irrigation pour des cultures maraichères et quelques parcelles de maïs.

P1000806

P1000795

L’organisation du territoire est surprenante. Les parcelles sont petites et de couleurs diverses, résultant d’une polyculture. Il s’agit plus présisément d’oignons, d’avocats, de tomates et d’avas (légume vert un peu plus gros qu’une olive). Les bandes sombres parallèles traversant les cultures sont les cannaux d’irrigation. Et là où ce n’est pas irrigué, rien ne pousse : en atteste le contraste entre la tâche blanche et les cultures pourtant séparées de quelques dizaines de mètres. On remarque aussi la route toute récemment goudronnée, facilitant le transit des produits.

P1000792.JPG

Le maraîchage n’est pas la seule activité de la vallée. Au centre de la photo, c’est un élevage intensif de poulet. Il y en avait une bonne cinquantaine sur les 10 km que j’ai pu parcourir ! Je n’ai pas osé atterrir à cause de l’aérologie qui commençait à devenir turbulente, mais j’aurais bien aimé me renseigner auprès des exploitants pour en savoir d’avantage sur l’origine de l’alimentation aviaire et la gestion des effluents. J’aurai sûrement l’occasion de me renseigner plus tard.

 

P1000828.JPG

Une étape du vol surprenante : les géoglyphes. La régularité des motifs est admirable vue du ciel. On les appelles les « Gigantes de Lluta » mais ont une taille moyenne de 50 mètres. Ce sont des vestiges datant de l’époque incas, tracés sur les pentes de la vallée. Ils résultent d’un grattage du sol et de l’ajoût de pierres. Ces géoglyphes servaient d’indications aux caravanes descendant de la Cordillère pour  commercer.

P1000830.JPG

 

Article trop long ^^ . La suite dans une troisième et dernière partie. 

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

cm2 Chatel-St-Germain 23/09/2010 15:16



Bonjour Julien,c'est super ce que tu fait,aujourd'hui on a surfer sur ton


blog.Pourquoi n'a tu pas acrocher une camera sur ta tete?


.J'usqua quelle altitude vol t-u?


Vol-tu la nuit?Est- ce que le paysage est beau?


Hugo,Alex,Alexandre.



julien barbier 27/09/2010 02:58



Bonjour à vous trois,


Merci pour votre message et vos qestions intéressantes.


Il faut faire attention à ne pas confondre l'altitude de vol avec la hauteur de vol. L'altitude se mesure par rapport au niveau de la mer alors que la hauteur, par rapport au lieu que je survole.
Par exemple, si je décolle d'un endroit à 1000 mètres d'altitude et que je vole à une hauteur de 500 mètres, l'altitude du vol sera de 1500 mètres. Je pense que vous vouliez connaître la hauteur
de vol. En générale, je vole entre 300 et 500 mètres de hauteur. Mais parfois, je vole à même pas 1 mètre de hauteur comme hier par exemple, lors d'un survol d'une longue plage au bord de l'océan
Pacifique. Lors d'autres vols en France, il m'est déja arrivé de voler au dessus des nuages à 1000 mètre de hauteur. C'est super beau !


Je ne vole pas la nuit car contrairement aux avions, en paramoteur, il n'y a pas d'intrument de navigation pour aider le pilote à se repérer dans l'obscurité. A cause des lignes électriques et
d'autres obstacles, ce serait trop dangereux.


Les paysages du Nord du Chili sont fantastiques... Il y a plein de sable ! je vous laisse les découvrir au fur et à mesure sur le blog.


Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas.


A +


Julien